Sanctuaire d'Itsukushima

Corridor (Kairo)

Corridor (Kairo)

Mikasahama

Lanternes et Torii flottant

Lanternes et Torii flottant

Sanctuaire Shinomiya

Parc Momijidani

Parc Momijidani

Sanctuaire d'Itsukushima

De nuit, lors du Festival Tanomo-san

De nuit, lors du Festival Tanomo-san

Vue du Temple Daisho-in

2ème étage du Pavillon Maniden

2ème étage du Pavillon Maniden

Sommet du Mont Misen

et vue sur les îles de la Mer Intérieure de Seto

et vue sur les îles de la Mer Intérieure de Seto

Forêt primitive

Promenade en téléphérique

Promenade en téléphérique

Pagode Tahoto

au milieu des feuillages verts

au milieu des feuillages verts

Bouddhisme & Shintoïsme

Deux religions qui coéxistent à Miyajima

Qu'est-ce que le Bouddhisme ? Qu'est-ce que le Shintoïsme ? Un temple ? Un sanctuaire ? Comment s'y recueillir ?

Qu’est-ce que le Shintoïsme ?

Prière au Sanctuaire

Prière au Sanctuaire

Le Shintoïsme est la religion autochtone du peuple japonais. C’est la forme la plus ancienne de croyance existant au Japon. Depuis toujours, les japonais vénèrent les divinités du ciel et de la terre. Ils ont également toujours fait preuve d’une profonde gratitude envers leurs ancêtres. Dans le Shintoïsme, il n’y a pas de dieu unique et absolu mais une multitude de divinités.

Cette religion n’a ni fondateur ni écrit officiels. Les dieux sont vénérés dans les sanctuaires mais également sur l’autel que l’on possède au foyer. Certains de ces dieux sont des éléments naturels comme le feu, le vent, l’eau, les mers, les montagnes, les rivières, les rochers, les arbres, etc., d’autres apparaissent dans les mythes traditionnels, l’esprit de certains personnages historiques ou d’ancêtres.

Qu’est-ce que le Bouddhisme ?

Shakanyorai Gojuto

Shakanyorai Gojuto

Le Bouddhisme est l’une des trois plus grandes religions aux côtés du Christianisme et de l’Islam. C’est Siddhartha Gautama qui lui donna naissance au 5ème siècle avant Jésus-Christ. La doctrine du Bouddhisme repose sur le message de Siddhartha Gautama qui devint Bouddha.

Le Bouddhisme au Japon a été influencé par le Confucianisme et le Taoïsme où le synchrétisme religieux a longtemps été pratiqué, rapprochant ainsi le Shintoïsme et le Bouddhisme.

Le Zen

Le Zen est une pratique ascétique qui a longtemps été appliquée en Inde. Cette pratique consiste à unifier l’esprit et le corps à travers la méditation pour atteindre l’état spirituel de vide, ce qui signifie évacuer tout le reste de son esprit.

Pour y parvenir, il est important de respirer de manière régulière et d’être installé dans une position adéquate.
Il existe plusieurs positions de jambes dans la méditation zen. La plus stable de toute est celle du lotus, qui consiste à s’assoir en tailleur et à poser chacun des deux pieds sur le genou opposé.

La main droite est placée dans la main gauche, paumes dirigées vers le haut et les pouces se touchent légèrement (On appelle ce geste « Dhyāna Mudrā »).

Il est important de garder le dos droit, légèrement penché en avant pour permettre au diagraphme de bouger librement. Les épaules doivent être détendues et les mains peuvent être placées sur les genoux. Il faut garder les yeux mi-clos et baissés, avec le regard posé sur le sol à environ 60 ou 90 cm vers l’avant.

Essayez de respirer par le ventre, expirez doucement et profondément, inspirez et contrôlez ainsi votre respiration.
La méditation Zazen ne sert pas uniquement à l’unification du corps et de l’esprit mais elle est aussi un moyen d’atteindre l’illumination.

Le synchrétisme du Bouddhisme et du Shintoïsme

Statue Daiganji (Bouddhisme) et Itsukushima (Shinto)

Statue Daiganji (Bouddhisme) et Itsukushima (Shinto)

Le Bouddhisme fut introduit au Japon à la fin du 6ème siècle, où il devint religion d’Etat. Dès lors, Bouddha fut transformé en divinité japonaise, une nouvelle forme de dieu coéxistant avec les dieux Shinto.

Au 8ème siècle, les temples bouddhistes étaient souvent rattachés aux sanctuaires Shinto : un temple pouvait se construire dans un sanctuaire et le prêtre de ce sanctuaire lisait des sutras bouddhistes tout en s’occupant d’évènements shintoïstes. Le synchrétisme du Bouddhisme et du Shintoïste dura jusqu’au décret de séparation prononcé par le gouvernement Meiji en 1868. Sous l’influence de ce décret, certains pavillons et statues bouddhistes furent détruits à Miyajima, mais une grande partie fut protégée par les prêtres Shinto et Bouddhistes ou d’autres personnes liées.

Jusqu’à la Restauration Meiji, les fidèles vénéraient des dieux Shinto tout en respectant leur temple familial. C’est pourquoi on trouve aussi bien des temples que des sanctuaires à Miyajima.

Comment se recueillir dans un Sanctuaire ?

Chozuya

Chozuya

Avant d’aller prier dans un sanctuaire, les visiteurs se rincent les mains et la bouche avec l’eau pure du « chozuya » pour se purifier le corps.

  • Prenez d’abord la louche dans votre main droite.
  • Puisez un peu d’eau avec et versez-la sur votre main gauche.
  • Passez la louche dans votre main gauche et rincez la main droite de la même manière.
  • Repassez à nouveau la louche dans votre main droite et puisez un peu d’eau que vous verserez dans votre paume.
  • Prenez une gorgée d’eau pour vous rincer la bouche.
  • Lavez à nouveau votre main gauche.
  • Replacez la louche dirigée vers le bas dans le bassin du chozu.


Approchez-vous de l’autel

  • Placez quelques pièces ou billets dans la boîte à offrande.
  • Inclinez-vous profondément deux fois.
  • Frappez deux fois dans vos mains.
  • Inclinez-vous à nouveau, exprimez votre gratitude et priez pour la réalisation de vos voeux.

Comment se recueillir dans un Temple ?

Avant d’aller prier au temple, les visiteurs se lavent les mains et la bouche, ainsi que l’esprit.

  • Prenez d’abord la louche dans votre main droite, puisez un peu d’eau avec et versez-la sur votre main gauche.
  • Passez la louche dans votre main gauche et rincez la main droite de la même manière.
  • Repassez à nouveau la louche dans votre main droite et puisez un peu d’eau que vous verserez dans votre paume.
  • Prenez une gorgée d’eau pour vous rincer la bouche.
  • Lavez à nouveau votre main gauche.
  • Replacez la louche dirigée vers le bas. Ne buvez pas l'eau avec la louche.


Allez devant l'autel :

  • Placez quelques pièces ou billets dans la boîte à offrande
  • Placez 3 bâtons d’encens dans le porte-encens
  • Joignez vos mains, inclinez-vous et priez


Gassho Raihai (prière) : Joignez vos mains, priez pour remercier, exprimez votre voeu à Bouddha et inclinez-vous une fois.

Le chemin qui mène au Sanctuaire

Torii de Mikasahama

Torii de Mikasahama

Le chemin qui mène au sanctuaire commence dès le Torii. Lorsque l’on passe cette porte, on s’incline pour être prêt pour la visite. Le chemin du sanctuaire n’est pas pavé, c’est un chemin de terre, de petites dalles ou de galets.

Les Lanternes

Lanternes de pierre de Mikasahama

Lanternes de pierre de Mikasahama

Les lanternes que l’on voit souvent dans les sanctuaire ou les temples ont été introduites à l’époque Nara et proviennent de Baekje, une ancienne ville en Corée. Elles sont destinées aux prières pour demander l’aide des Dieux. Elles sont habituellement faites de pierre, de cuivre ou de fer. Celles qui se trouvent à l’extérieur sont généralement en pierre ou en cuivre.

Koma-inu (ou Kōrai-inu)

Komainu du Sanctuaire d'Itsukushima

Komainu du Sanctuaire d'Itsukushima

Les Komainu sont une paire de gardiens ressemblant à des lions, placés de chaque côté de l’entrée des temples et des sanctuaires, ou des salles de prière. Ils sont censés éloigner les mauvais esprits.

On pense qu’à l’origine, les komainu étaient des lions de pierre en provenance de l’Orient Ancien, apportés au Japon par la Chine et la Corée. Le Grand Sphinx d’Egypte, le Merlion de Singapour, et le Shisa d’Okinawa ont la même origine.

L’une des statues représente un mâle à la gueule ouverte et l’autre une femelle à la gueule fermée. Ils ont parfois aussi des cornes. Les komainu sont généralement en position assise, cependant ceux que l’on trouve à l’arrière du Sanctuaire d’Itsukushima sont debout avec le derrière en l’air, ce qui représente la chance.

Shimenawa

Shimenawa

Shimenawa

Le Shimenawa est une corde de paille de riz avec des bandes de papier shide qui sert à marquer la frontière entre le sacré et le profane.

On pense que ces cordes proviennent de la légende de la déesse Amaterasu, en effet lorsqu’elle sortit de la grotte céleste (ama no iwato), le dieu Futodama-no-mikoto condamna l’entrée de la grotte à l’aide de corde Shimenawa pour empêcher Amaterasu d’y retourner.

De nos jours le Shimenawa est utilisé pour empêcher la malchance et les mauvais esprits d’entrer.

Shide

Shide

Shide

Les shide sont des bandes de papier en zig-zag souvent attachées aux cordes shimenawa, aux tamagushi, aux haraegushi et aux gohei. Ils étaient autrefois confectionnés en coton mais on utilise aujourd’hui du papier japonais.

Sakaki (Cleyera japonica)

Sakaki

Sakaki

Le Sakaki est un arbuste à feuilles persistantes utilisé comme offrande lors des rituels dans les sanctuaires.

Autrefois, on pensait que les dieux vivaient dans les plantes, et plus spécialement dans les plantes à feuilles pointues.

Les prêtres

Un prêtre est une personne qui relaie les prières des hommes aux dieux.

Quand les prêtres entrent dans le sanctuaire le matin, ils prennent d’abord un bain pour se laver puis entrent dans le Sanctuaire Marodo avant d’entrer dans le Sanctuaire Principal et de commencer à travailler.

Ema

Ema (Senjokaku)

Ema (Senjokaku)

Autrefois, on offrait aux dieux le meilleur cheval de l’année de chaque région. Au début de l’époque Edo, il devint fréquent d’offrir des chevaux peints sur des plaquettes de bois et diverses peintures. Certaines peintures étaient réalisées par des peintres des célèbres écoles Kano et Tosa.

Vous pouvez en voir quelques unes dans le Senjokaku.

Omikuji

Omikuji

Omikuji

Omikuji signifie litteralement « réaliser la volonté de Dieu ».

Autrefois pour prendre les décisions politiques ou religieuses importantes pour le pays ou bien pour choisir un successeur, on tirait à la lotterie divine afin de connaître la volonté de Dieu. C’est ainsi qu’à l’époque Kamakura (1185-1333) est né l’omikuji.

Aujourd’hui encore, on utilise l’omikuji pour connaître son propre destin.

Galerie Photos