Sanctuaire d'Itsukushima

Corridor (Kairo)

Corridor (Kairo)

Mikasahama

Lanternes et Torii flottant

Lanternes et Torii flottant

Sanctuaire Shinomiya

Parc Momijidani

Parc Momijidani

Sanctuaire d'Itsukushima

De nuit, lors du Festival Tanomo-san

De nuit, lors du Festival Tanomo-san

Vue du Temple Daisho-in

2ème étage du Pavillon Maniden

2ème étage du Pavillon Maniden

Sommet du Mont Misen

et vue sur les îles de la Mer Intérieure de Seto

et vue sur les îles de la Mer Intérieure de Seto

Forêt primitive

Promenade en téléphérique

Promenade en téléphérique

Pagode Tahoto

au milieu des feuillages verts

au milieu des feuillages verts
e-brochures calendrier des marées Photos, vidéos

Histoire / Géographie

L'Histoire de Miyajima

Miyajima a toujours été l’objet de vénération de la part des autochtones. En effet, ses paysages, ses montagnes avec le Mont Misen qui surplombe l’immense forêt primitive, obscure même en pleine journée, transmettent un sentiment de spiritualité.

D’après l’histoire du Sanctuaire, on pense que le Sanctuaire d’Itsukushima a été fondé par Saeki Kuramoto, un personnage influent à Saekibe, pendant la 1ère année de la période Suiko.

Le fondateur, Kobo Daishi

En 806, 1ère année de la période Daido, le moine bouddhiste Kukai (Kobo Daishi) revint de Chine qui était alors sous le règne de la Dynastie Tang. En route pour Kyoto, il s’arrêta visiter Miyajima et ressentit immédiatement la force spirituelle du lieu.

Il en conclue que l’île devait être sacrée. C’est ainsi qu’il construisit un Hondo (pavillon principal) sur le Mont Misen et entrepris un entraînement Gumonji d’une durée de 100 jours. Le feu utilisé pour son entraînement n’a jamais cessé de brûler et se trouve aujourd’hui encore dans le pavillon Reikado. On l’appelle « Kiezu-no-hi » (la flamme éternelle).   [...]

+ lire la suite

 

Taira-no-Kiyomori et le Sanctuaire d'Itsukushima

En 1146, début de la période Kyuan, Taira-no-Kiyomori fut assigné à la tête d’Aki-no-Kuni ou Province d’Aki (ancien nom de la partie Ouest de la Préfecture d’Hiroshima).

Dans un rêve, il vit un vieux prêtre lui dire qu’il atteindrait le plus haut rang s’il construisait le Sanctuaire d’Itsukushima. Il construisit donc un sanctuaire de style architectural Shinden, et introduisit la danse Bugaku venue du temple Shitennoji d’Osaka.

Il transcrivit des sutras Hokekyo avec son clan  et offrit également le Ganmon, un trésor national, aujourd’hui connu sous le nom de Heike-no-kyo (Les rouleaux Heike).

Il introduisit également la culture de Kyoto à Miyajima en offrant des objets artisanaux tels que des armures et des sabres au sanctuaire et fit agrandir le territoire du Sanctuaire.

De Kyoto, de nombreuses familles impériales et nobles comme des empereurs retirés vinrent effectuer un pélerinage (Goshirakawa, Takakura, Kenshunmonin, Kenreimonin, Chugu Tokushi, ...).

Le clan Heike disparut à Dan-no-ura. Cependant, par la suite, les Shoguns Kamakura, Muromachi, les Seigneurs locaux Ouchi et Mori, Toyotomi Hideyoshi continuèrent à venir prier au Sanctuaire.

On pense que les gens ont commencé à venir s’installer à Miyajima et y vivre à la fin de l’ère Kamakura. Au début il s’agissait principalement de prêtres Shintoïstes et Bouddhistes puis petit à petit des gens ordinaires s’y s’ont installés.

 

La Bataille d'Itsukushima

Pendant la période Sengoku (période de guerres civiles), Ouchi Yoshitaka, un personnage très influent de la région Chugoku, commis un seppuku (hara-kiri) au temple Nagato-dainei-ji à cause du chef de la rébellion, Sue Harukata.

En 1555, Yoshitaka et son allier Mori Motonari envoyèrent des troupes combattre Harutaka, mais l’armée de ce dernier étant bien plus forte, ils durent mettre au point une stratégie : ils firent construire un château à Miyano-o, au nord de Miyajima où ils firent en sorte d’attirer l’armée de Sue Harutaka.
20.000 soldats des forces de Sue débarquèrent à Miyajima et prirent position au château de Katsuyama (près de la Pagode Tahoto) et plus tard sur la Colline de la Tour (To-no-oka) où le château de Miyano-o permettait d’avoir une bonne visibilité pour se défendre contre les attaques, mais le mur de défense des forces de Mori rendit la victoire impossible.

Le 1er Octobre, Motonari alla chercher 3500 soldats sur la rive opposée Jigozen et les emmena clandestinement à Tsutsumi-ga-ura, en plein orage et dans l’obscurité. Ils grimpèrent à Bakuchio, un lieu en hauteur derrière la colline de la Tour et vainquirent les forces de Sue d’un simple assaut.

Les troupes de Sue furent surprises et se contentèrent de fuir. Le brigadier général Hironaka Takakane pris la route en direction de Ema-ga-dake (Komagabayashi) et commis le seppuku (hara-kiri). Harutaka pris lui aussi la route avec un petit nombre de soldats jusqu’a Oeno-ura où il commit lui aussi le seppuku.

Cette bataille est connue sous le nom de « Itsukushima Gassen » (La Bataille d'Itsukushima) qui est l’une des 3 attaques sournoises les plus connues de l’Histoire du Japon.  

 

Le croissance économique et culturelle de Miyajima

Mori anéantit Sue et parvint à prendre le pouvoir de 10 régions du Chugoku, ainsi que de Buzen et Iyo et devint un puissant seigneur.
Mori Motonari et son fils Takamoto fondèrent le sanctuaire Tenjinsha, reconstruisirent le pont Soribashi et le grand Torii, remplacèrent le sol du corridor d’Itsukushima et firent don d’une scène Nô sur laquelle ils effectuèrent des performances. Ils ont largement contribué au développement du Sanctuaire d’Itsukushima.

Toyotomi Hideyoshi demanda à Ankokuji Ekei de fonder le Dai-kyodo (une grande maison d’écritures bouddhistes aussi appellée Senjokaku) afin de tenir un service commémoratif pour les soldats tués à la guerre en 1587 mais, quand Hideyoshi mourut en 1598, le projet fut abandonné en cours de route. Si les travaux avaient été menés à terme, le Senjokaku serait devenu un magnifique bâtiment avec d’élégantes décorations de l’ère Momoyama.

A l’ère Edo, Fukushima Masanori prit la tête du domaine d’Aki-no-Kuni et commença à protéger les échanges de marchandise et de transport.
Asano, qui prit sa succession, fit de même et Miyajima devint un haut lieu d’échange et de commerce ainsi qu’un centre culturel pour la région de Setouchi notamment avec les représentations de Kabuki, les combats de Sumo ou les loteries.

 

Seishin, le prêtre bienfaiteur

Le prêtre Seishin tenait un magasin de riz mais suite à la révolte des paysans, il devint  prêtre bouddhiste à Miyajima, au temple Komyo-in où il reçut l’enseignement de Ryotan-shonin.

A cette époque, de nombreux notables, figures culturelles, marchands ou pélerins étaient déjà venus visiter Miyajima mais Seishin réalisa qu’il n’y avait aucune industrie sur l’île.
C’est ainsi qu’il eut l’idée de fabriquer des spatules à riz ayant la forme de luths biwa, l’instrument de la déesse Benzaiten, et répendit la technique de fabrication parmi les habitants de l’île.

Il a également creusé des puits (Seishin-Tsurui) afin de résoudre les problèmes de pénurie d’eau, et fait construire une allée couverte. C’est pourquoi il était apprécié des locaux qui le considéraient comme un bienfaiteur.

De nos jours encore, il reste un sujet de discussion et un personnage aimé des habitants. Ainsi, un monument en l’honneur de sa vertue a été érigé près du temple Komyo-in.


En 1865, pendant la période Keio, la 2de guerre Choshu éclata entre le domaine Choshu qui réspectait l’Empereur, l’anti-shogunat et le Shogunat Tokugawa qui essayait de les arrêter.

En 1866, le temple Daiganji devint le lieu de négociations de trêve et des réunions de cesser-le-feu se tinrent entre le Shogun officier naval Katsu Awa (Katsu Kaihu) et Hirosawa Saneomi, représentants du domaine de Choshu.

 

Séparation du Bouddhisme et du Shintoïsme

En 1868 (1ère année de la période Meiji), on ordonna la séparation du Bouddhisme et du Shintoïsme et un mouvement anti-bouddhiste emmergea. Exceptés les 7 plus importants, la plupart des temples de Miyajima furent détruits ou abandonnés.

A cause de ce chaos, les statues bouddhistes présentes dans le Sanctuaire d’Itsukushima, Senjokaku et Goju-no-to (La Pagode à 5 étages) furent déplacés vers d’autres temples.

En 1876, le Grand Torii fut sévèrement endommagé et reconstruit. Selectionner les matériaux pour les les piliers principaux prit plusieurs années (notamment pour le bois de camphrier naturel). Ils furent apportés de Saito (Préfecture de Miyazaki) et Marugame (Préfecture de Kagawa), mais aussi d’Hiroshima ou pris sur place à Miyajima.


Le 1er Ministre Ito Hirobumi (1841-1909) vénérait fermement le Temple Sankido du Mont Misen et vint visiter Miyajima à de nombreuses reprises.  Les keigaku (cadres dans lesquels ont place des photos ou documents commémorant une victoire, un succès...) se trouvant au Temple Sankido et au Daiganji auraient été écrits à la main par Ito Hirobumi. Ils sont aujourd’hui exposés au Musée de l’Histoire et du Folklore de Miyajima. Il a également fait de nombreux dons permettant d’entretenir les sentiers du Mont Misen.

 

De nombreuses reconnaissances

En 1923, Miyajima dans son intégralité est déclarée lieu d’importance historique et paysage d’une beauté extraordinaire par le gouvernement.

En 1950, l’île est déclarée Parc National de la Mer Intérieure de Seto, et enfin, en Décembre 1996, le Sanctuaire d’Itsukushima ainsi que le Dome de la Bombe Atomique sont inscrits sur la liste du Patrimoine Mondial de L’UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization).

 

Le Sanctuaire d'Itsukushima, souvent détruit et reconstruit

Le Sanctuaire d’Itsukushima a été reconstruit ou restauré plusieurs fois depuis sa fondation, que ce soit à cause des désastres naturels comme les typhons ou la foudre ou bien à cause de la Bataille de Miyajima, ou encore à cause de la politique de séparation du Bouddhisme et du Shintoïsme.
Nombreux sont ceux qui se souviennent encore des dégats causés par les typhons de 1991 et 2000, par le seïsme de 2001, ou le typhon de Septembre 2004.

Le Sanctuaire d’Itsukushima a été vénéré par les pêcheurs, les marins ou les marchands et protégé par de puissants personnages à toutes les époques.

Aujourd’hui, les constructions inscrites à la liste des Trésors Nationaux et les Bien Culturels Importants reçoivent des subventions de l’Etat et des dons pour leur restauration.

Géographie

Vue aérienne de Miyajima

Vue aérienne de Miyajima

L’île de Miyajima se trouve dans la Préfecture d’Hiroshima à 500m au large du détroit d’Onoseto.

C’est l’une des nombreuses îles de la baie d’Hiroshima.

Latitude : 34°16’ Nord / Longitude : 132°19’ Est

Température moyenne : 15,1°C

Précipitations annuelles : 1648,8 mm.

L’île est approximativement rectangulaire. Longueur : 9km / largeur : 4 km.

3 montagnes :

Misen, Komagabayashi et Iwafune surplombent tous trois le rivage de cette île montagneuse. Au sommet de la chaîne de montagnes, de larges rochers de granit apparaissent, ajoutant du caractère au paysage.

7 plages :

Les 7 rivages de Miyajima sont des plages de sable avec une crique peu profonde.
Les grandes plages sèches devant le Sanctuaire d’Itsukushima offrent un magnifique paysage et on trouve de précieuses plantes halophyles sur la plage de Tatara.

3 rivières :

Les 3 rivières : Shiraito, Omoto et Mitarai s’écoulent depuis le massif du Misen. Leur courant est assez rapide et on trouve quelques cascades le long de la rivière Shiraito.
Les rivières qui proviennent du Mont Iwafune sont au contraire plutôt calmes et forment de larges vallées.