Sanctuaire d'Itsukushima

Corridor (Kairo)

Corridor (Kairo)

Mikasahama

Lanternes et Torii flottant

Lanternes et Torii flottant

Sanctuaire Shinomiya

Parc Momijidani

Parc Momijidani

Sanctuaire d'Itsukushima

De nuit, lors du Festival Tanomo-san

De nuit, lors du Festival Tanomo-san

Vue du Temple Daisho-in

2ème étage du Pavillon Maniden

2ème étage du Pavillon Maniden

Sommet du Mont Misen

et vue sur les îles de la Mer Intérieure de Seto

et vue sur les îles de la Mer Intérieure de Seto

Forêt primitive

Promenade en téléphérique

Promenade en téléphérique

Pagode Tahoto

au milieu des feuillages verts

au milieu des feuillages verts

Le Torii flottant

Symbole de Miyajima

Vous avez sans doute déjà vu une image de ce portail Shinto qui semble flotter sur l’eau. La silhouette de ce monument rouge vermillon est célèbre dans le monde entier. Et si vous veniez l’admirer depuis les rivages de l’île de Miyajima ?

Ce Torii, qu’est-ce que c’est ?

Le Torii flottant de Miyajima

Le Torii flottant de Miyajima

Cet édifice de bois rouge vermillon est un portail shinto qui symbolise la frontière entre monde profane et monde sacré. (L’île même de Miyajima était autrefois considérée comme divinité dans son intégralité). Il marque l’entrée du Sanctuaire d’Itsukushima.
Construit pour la première fois en 1168, il se situe à environ 200m du Sanctuaire.

Fiche technique

Hauteur globale :16,6 m

Poids : 60 tonnes

Hauteur des piliers principaux : 13,4m

Circonférence des piliers principaux : 9,9m

Poutre de traverse : 24,2m

Matériaux :

- Piliers principaux : bois de camphrier de 500 à 600 ans d’âge (le bois de camphrier résiste bien à la moisissure et aux insectes)

- Petits piliers : cèdre

- Toit : écorce de cyprès Japonais

Style architectural : « Ryobu » (4 piliers supplémentaires qui lui servent de support).
Ce style aurait été adopté en 1547, lors de l’une de ses reconstructions.

Distance du Sanctuaire d’Itsukushima :
à 212,7m du Haiden (le pavillon principal)
à 173,4 m du Hitasaki (la lanterne frontale du Sanctuaire)

Date de construction : Le Torii actuel a été construit en 1875. C’est sa 8ème reconstruction.

Les meilleurs moments pour admirer le Torii

A marée haute, il semble flotter sur l’eau et offre ce spectacle unique et si célèbre.
La vue du ponton du Sanctuaire d’Itsukushima est exceptionnelle.
Cependant le point le plus proche pour l’admirer se situe sur le chemin de bord de mer de Mikasahama.
Il est accessible à pied à marée basse.
Consultez les horaires des marées pour choisir le moment qui vous convient le mieux.

le Torii à marée basse

le Torii à marée basse

Au coucher de soleil, sa silhouette se détache en ombre chinoise sur le ciel pourpre et doré : un moment magique et idéal pour les amoureux de photo.
Le soir, lorsqu’il est illuminé, embarquez pour une croisière nocturne autour de l’île. Vous pourrez passer sous le portail à marée haute.
Des excursions en kayak de mer sont également proposées, une manière originale d’approcher le Torii.

Même en cas de typhon ou de seïsme, il ne s’ébranle pas, mais comment tient-il ?

Torii flottant et biche

Torii flottant et biche

  • Il n’est pas enfoncé dans le sable comme on pourrait le croire, mais tient grâce à son propre poids.
  • Grâce aux 4 piliers de support, ajoutés à ses 2 piliers principaux, la structure repose sur 6 pieds, ce qui lui donne une grande stabilité.
  • La poutre supérieure agit comme un poids : elle est remplie de galets et pèse 7 tonnes.
  • La construction particulière des parties où se croisent le toit et les piliers, permet d’absorber naturellement les mouvements et les tortions de la structure.
  • La base de l’édifice est renforcée par des piquets de bois de pin plantés dans des tas de pierres judicieusements agencées.

La couleur vermillon du Torii

Le Torii vermillon

Le Torii vermillon

Comme le Sanctuaire d’Istukushima, le Torii est laqué de rouge vermillon.
On considère que cette couleur éloigne les mauvais esprits. En outre, elle aide à lutter contre la corrosion.

Monument classé :

Classé Bien Culturel Important (National) le 5 Avril 1899

Légendes, mythologie et origines des Torii

Dans la mythologie japonaise, on raconte que la déesse du soleil : Amaterasu, qui était en colère, s’était enfermée dans la grotte du Paradis (ama no iwato). Le monde était alors plongé dans l’obscurité et le chaos.

Les dieux se réunirent pour trouver une solution et installèrent des coqs sur un perchoir juste devant l’entrée de la grotte, afin qu'ils chantent éternellement.

Amaterasu, intriguée, finit par sortir et la lumière réapparut.

Les gens se seraient ensuite mis à construire des perchoirs pour oiseaux devant l’entrée des sanctuaires, ce qui pourrait expliquer l’origine de ces portails.

Le mot «torii » 鳥居 contient le kanji de l’oiseau : « tori » 鳥.

Les ornements du Torii

Un cadre contenant une calligraphie est disposée entre le toit et la poutre de traverse, de chaque côté, face à la mer et face au sanctuaire. Il s’agit d’un hengaku réalisé par le prince Taruhito Arisugawa (9ème de la famille Arisugawa-no-Miya), qui était maître dans l’art de la calligraphie et de la poésie. Il était officier de l’armée impériale japonaise et commandant notamment lors de la guerre de Boshin (1868-1869), de la Rebellion de Satsuma (1877) et de la 1ère guerre Sino-japonaise (1894-1895).

Aux 2 extrémités du toit, sont représentés une lune et un soleil dorés. (Lune face Ouest et soleil face Est). Selon les principes du Feng Shui (ou Fuusui en Japonais), la direction Nord-Est porte malheur, mais le soleil permettrait d’annuler ce sort.

Ornements du Torii

Ornements du Torii

Galerie Photos