Sanctuaire d'Itsukushima

Corridor (Kairo)

Corridor (Kairo)

Mikasahama

Lanternes et Torii flottant

Lanternes et Torii flottant

Sanctuaire Shinomiya

Parc Momijidani

Parc Momijidani

Sanctuaire d'Itsukushima

De nuit, lors du Festival Tanomo-san

De nuit, lors du Festival Tanomo-san

Vue du Temple Daisho-in

2ème étage du Pavillon Maniden

2ème étage du Pavillon Maniden

Sommet du Mont Misen

et vue sur les îles de la Mer Intérieure de Seto

et vue sur les îles de la Mer Intérieure de Seto

Forêt primitive

Promenade en téléphérique

Promenade en téléphérique

Pagode Tahoto

au milieu des feuillages verts

au milieu des feuillages verts

Senjokaku / Goju-no-to

Le Pavillon aux 1000 tatamis et la Pagode à 5 étages

Ces 2 structures construites il y a près de 500 ans sur cette colline qui surplombe la mer à gauche de l’entrée du Sanctuaire d’Itsukushima font partie des monuments incontournables de Miyajima.

Senjokaku (Sanctuaire de Toyokuni)

Senjokaku

Senjokaku

Classé Monument Spécialement Protégé le 29 Août 1910
Classé Bien Culturel National Important le 9 Décembre 1963.

Le Sanctuaire Toyokuni est dédié au Shogun Toyotomi Hideyoshi (l’un des 3 unificateurs du Japon au 16ème siècle) et son loyal assistant, Kato Kiyomasa.

Les raisons de la construction de ce bâtiment sont clairement expliquées dans une lettre d’Ankokuji Ekei, chef moine du Temple Ankokuji.

En 1587, Ekei demande au Temple Daiganji, temple en charge de le construction et des réparations de Miyajima, ce qui inclue le Sanctuaire d’Itsukushima, de construire une bibliothèque bouddhiste dans laquelle seraient récités des Sutras Senbu-kyo chaque mois.

Les travaux de construction du sanctuaire ont été interrompus au bout d’11 ans, à la mort d’Hideyoshi c’est pourquoi le sanctuaire est resté dans cet état inachevé. Si les travaux avaient pu être menés à terme, on aurait pu voir la grande flamboyance de l’ère Azuchi Momoyama ainsi que le caractère dynamique d’Hideyoshi, comme le montrent en partie les tuiles dorées du toit.

A l’origine, et jusqu’au début de l’ère Meiji, l’autel bouddhiste était consacré au Bouddha Amida et à deux de ses disciples : Anan et Kasho-Sonja. Mais il a ensuite été utilisé pour des rituels shintoïstes.
Le bâtiment est communément appelé Senjokaku « Pavillon des 1000 tatamis », nom qui reflête bien sa position de « plus grande structure de Miyajima ».

La plus grande structure de Miyajima

Le sanctuaire était un lieu de rassemblement populaire où l’on venait se reposer et se rafraîchir, acheter des souvenirs, et où de nombreuses légendes et traditions ont vu le jour.

Le fait que cette structure, unique parmi les bâtiments dépendant du sanctuaire d’Itsukushima, ne soit pas peinte et que sa date de fondation soit enregistrée, en fait une jauge de valeur du temps qui s’écoule. Les traces d’érosion sur ses piliers et son plancher peuvent servir à déterminer l’âge approximatif de n’importe quelle autre structure de bois à Miyajima.

Un morceau de bois utilisé comme appareil de mesure lors des travaux de restauration du Grand Torii en 1873 est pendue à un pilier sous le sol de la partie sud du sanctuaire.

De nombreuses tablettes votives (Ema) qui étaient accrochées aux murs des bâtiments du sanctuaire d’Itsukushima jusqu’à la moitié l’ère Meiji décorent aujourd’hui les murs du pavillon.

Le sanctuaire n’existait pas encore à l’époque de la Bataille d’Itsukushima en 1555 quand le clan Mori vainquit le clan Sue pour unifier la région Chugoku. Les quartiers généraux du clan Sue étaient situé sur cette colline qui s’appelait alors To-no-oka (la colline de la pagode). A partir de l’ère Meiji, la colline commença à se développer, notamment grâce à la construction de marches en pierre.

Frais d’entrée : Adulte : 100 yens / Enfant (5 à 15 ans) : 50 yens / Moins de 6 ans : gratuit
Ouvert de 8h à 16h30

La pagode à 5 étages (Gojunoto)

Goju-no-to

Goju-no-to

Classé Bâtiment Spécialement Préservé depuis le 7 Avril 1900

La Pagode à 5 Etages fut à l’origine construite en 1407 et restaurée en 1533. Elle est principalement dédiée au Bouddha de la Guérison ainsi qu’à ses disciples Fugen et Monju.

Les statues représentant la divinité et ses disciples ont été retirées pendant l’ère Meiji pour être placées dans le Temple Daiganji.

La pagode a été construite dans son intégralité en style japonais comme en témoignent les capuchons ornementaux, les piliers de rambarde et le placement des chevrons. Cependant l’influence chinoise apparaît dans certaines parties comme le sommet des piliers en bois qui supportent les combles ainsi que dans les queues de chevrons.

On trouve des décorations Giboshi élaborées (décorations ressemblant à des fleurs de poireau) sur les piliers de rambarde du 1er étage, tandis qu’ils sont décorés de Gyaku-ren et Kaika-ren (décorations ressemblant à des fleurs de lotus) du 2ème au 5ème étage.

Quand de grands travaux de réparation ont été entrepris en 1945, la structure a été restaurée de manière à lui redonner son apparence originale en la laquant de vernis rouge.

L’intérieur de la pagode est orné de motifs de bonne augure tels que des dragons, la déesse Kannon, les 8 vues de Shôshô, des fleurs de lotus ou bien encore le sutra Shingon Hasso peint au plafond, sur le mur Raigo (mur qui se trouve derrière la statue de Bouddha) et sur le reste des murs en bois. Ce pendant cette partie n’est pas ouverte au public.

L’une des particularités de cette structure réside dans son pilier central. En effet celui-ci part du sommet du toit et s’arrête au second étage et non pas au niveau des fondations.

Cette structure serait l’une des 5 seules de ce type au Japon.

Elle résiste aux oscillations horizontales provoquées par les séïsmes et les typhons.

La pagode mesure 27,6 m et son toit est couvert de plaques d’écorce de cyprès japonais.

Les noms des donateurs ont été gravés sur chacun des 16 piliers du 1er étage. 14 de ses donateurs étaient des femmes.

Galerie Photos